Rogue-Like Tests

Fun and gun

enter-the-gungeon-une

enter-the-gungeon-banniere

Développé par Dodge Roll Games, Enter the Gungeon se pose comme un shoot’em up vu du dessus à l’esprit rogue-like option dungeon crawler (défenseurs de la langue française bonjour !). Progéniture d’un plan à trois entre The Binding of Isaac, Nuclear Throne et un manic shooter, le jeu distribué par Devolver Digital propose au joueur d’éliminer une multitude d’adversaires dans une ambiance totalement décalée. Oubliez armes blanches, armures et parchemins et préparez vos plus belles pétoires !

Des balles comme s’il en pleuvait

Il y a bien longtemps, sur une lointaine planète, une sinistre forteresse a été réduite en cendres par une force venue du ciel. La légende dit que ses ruines abritent une arme si puissante qu’elle serait capable de tuer le passé. Depuis, la forteresse a été reconstruite et de nombreux aventuriers viennent de toutes parts pour mettre la main sur cette relique dévastatrice… Vous l’aurez compris le scénario d’Enter the Gungeon ne brille pas par sa virtuosité et sert avant tout de prétexte pour développer un univers totalement loufoque où tout est question de flingues. Honnêtement, ce n’est guère un problème : ce qu’on veut, c’est tout défourailler !

enter-the-gungeon-daaps-sc-1  enter-the-gungeon-daaps-sc-2

Avant de se lancer à corps perdu dans le donjon… pardon, gungeon, reste encore à choisir son avatar. Le joueur a en effet la possibilité de choisir parmi 4 personnages (le marine, le pilote, la chasseresse et la condamnée) aux équipements de base divers. Son choix fait, le joueur doit boucler les 5 étages du gungeon (générés procéduralement) pour espérer mettre la main sur l’arme capable de tuer le passé. Mais ne vous y trompez pas, le défi est corsé. Pour passer à l’étage suivant, le joueur doit venir à bout d’un boss (parmi 12 différents). C’est lors de ces confrontations que le jeu prend des airs de Manic Shooter, puisque l’écran est rapidement submergé de boulettes en tout genre. L’adrénaline est alors à son paroxysme car une mort est synonyme de retour au point de départ.

Plusieurs mécanismes sont à la disposition du joueur pour l’aider à survivre dans cet enfer de projectiles. Le premier est la roulade qui permet de bénéficier de quelques frames d’invulnérabilité et donc de se sortir de situations périlleuses. Il est possible d’enchaîner ces esquives à volonté mais attention toutefois à ne pas foncer droit dans une autre boulette… Le second, en nombre limité, est la ballablanc qui fait disparaître tous les projectiles de la salle et repousse les adversaires. S’il est possible d’en récupérer, elles sont toutefois rares et il faut donc les utiliser judicieusement. Mais même avec cela, venir à bout d’un étage n’est pas simple. Heureusement, le jeu regorge d’items et autres armes pour vous aider dans votre tâche.

Le monde selon Trump

Éviter les projectiles c’est bien, détruire les ennemis en une balle plutôt que 10 ça l’est tout autant. C’est pourquoi Enter the Gungeon vous propose d’augmenter votre puissance de frappe avec près de 200 armes différentes. On peut en trouver dans des coffres ou après avoir défait le boss d’un étage. Il est également possible d’en acheter auprès des marchands avec les douilles laissées par les cadavres de vos ennemis. La véritable saveur du jeu réside justement dans la diversité de ces armes. Si l’on trouve des revolvers et mitraillettes assez classiques, il est également possible de mettre la main sur des armes beaucoup plus délirantes telles qu’un lance-ordures, un lance-oreiller, un trident lanceur de flammes ou un propulseur d’abeilles… Chacune a ses propriétés et c’est au joueur de choisir laquelle convient le mieux à la situation. Les munitions étant limitées, attention à ne pas les gaspiller bêtement !

enter-the-gungeon-daaps-sc-3  enter-the-gungeon-daaps-sc-4

Il est également possible de mettre la main sur une somme tout aussi impressionnante d’items. Dans le même esprit, on en trouve des très classiques et des beaucoup plus réjouissants. Là encore le plaisir de découvrir un nouvel item est gratifiant sans compter que de nombreux objets font référence à l’univers geek au sens large (tient ! une pièce estampillée Valar Morgunis). Étoffer son arsenal c’est s’assurer une progression plus simple, pour peu qu’on ne tombe pas sur des salles particulièrement difficiles (mmmmmh, j’aime les petites salles remplies de grenades sur pattes).

Forcément, on est rapidement pris par une collectionnite aiguë qui nous pousse à amasser le plus de butins possible, d’autant plus que le jeu nous y encourage. Quand vous découvrez un nouvel item, cela rempli une entrée dans une encyclopédie. Les plus téméraires pourront d’ailleurs tenter de la compléter à condition d’avoir beaucoup de temps à y consacrer et une bonne dose de chance. Outre les items et les armes, Enter the Gungeon fourmille d’autres secrets comme des donjons secondaires, des PNJs à délivrer, des échoppes à débloquer, des passages à découvrir… bref, de quoi garantir une excellente rejouabilité et renouveler l’intérêt du joueur.

Dans le mille

C’est bien beau tout ça, mais le plaisir de jeu est-il au rendez-vous ? La réponse est sans appel : oui. Car les développeurs ont tout fait pour ne pas lasser le joueur. Ainsi, certaines salles, une fois nettoyées de leurs habitants, révèlent un point de téléportation (sous forme de barillet). Ceux-ci permettent aux joueurs de s’y rendre à tout moment en navigant dans la carte. De quoi éviter les allers-retours intempestifs et préserver le rythme endiablé du jeu. D’autre part, la difficulté est savamment dosée et la courbe de progression est gratifiante. Si au début, la moindre salle peut être une galère à terminer, on apprend rapidement les patterns ennemis et les attitudes à adopter pour survivre sans encombre. Rapidement, on enchaîne les roulades, on renverse les tables pour se faire un abri, on se fraye un chemin entre les balles avec le sentiment d’être le roi du shoot’em up. Le défi n’est donc pas aussi insurmontable qu’il n’y  paraît aux premiers abords… du moins jusqu’à l’étage 3 car après mieux vaut avoir les nerfs solides.

enter-the-gungeon-daaps-sc-5  enter-the-gungeon-daaps-sc-6

Enter the Gungeon est-il parfait ? la réponse est, là aussi, sans appel : non. Les bruitages manquent clairement de dynamisme. S’il n’y a pas vraiment de quoi ternir l’expérience de jeu, on se demande toutefois pourquoi les développeurs n’ont pas prêté plus d’attention à ceux-ci. En revanche, un point beaucoup plus problématiques se fait rapidement ressentir : le manque de lisibilité. Avec le foisonnement de détails et d’animations à l’écran il est parfois difficile de s’y retrouver. Et que dire de ces trous à peine plus sombres que le reste du décors qu’on remarque une fois tombé dedans et qui nous font perdre un demi-cœur… Le problème est encore plus flagrant lors des parties en coopération (uniquement sur le même écran) où la caméra se concentre sur les personnages et empêche parfois de voir les ennemis qui arrivent… Mais bon, le jeu est avant tout fait pour se parcourir en solo.

Graphiquement, Enter the Gungeon joue la carte du pixel art (comme c’est original !). Le design loufoque et les jolies animations rendent cependant les écrans agréables à regarder. J’aimerais  finir cette logorrhée sur un point éminemment positif : l’OST. Moi qui ne suit pas un adepte de la musique chiptunes, je dois avouer que les thèmes ne m’ont pas agacé, ce qui, en soi, relève du miracle. Doseone a fait un travail d’orfèvre et le mélange hiphop, electro et musique tribale fonctionne à merveille.


megacontent

C’est d’la balle !

Certes, Enter the Gungeon reprend des éléments déjà vus… mais il les cuisine à sa sauce et avec une telle justesse qu’il est difficile de le lui reprocher. Pour les amateurs de rogue-like, de dungeon crawler ou de shoot’em up, il propose un défi relevé et jouissif et vaut largement les 15 euros demandés. Enter the Gungeon vise juste !

Ce test sur Enter the Gungeon vous a plu ? Pensez à nous suivre sur Facebook pour être à la pointe du jeu vidéo indépendant 🙂

Soutenez-nous ! Partagez si cet article vous a plu