Inclassable Tests 2

Autoroutes sidérales de l’extrême

Switch Galaxy Ultra thumb

Switch_Galaxy_Ultra_daap_banniere

Développé par l’équipe d’Atomicom Limited, Switch Galaxy Ultra est un jeu arcade où le joueur doit se frayer un chemin sur des autoroutes spatiales. Si par certains aspects Switch Galaxy Ultra peut rappeler des jeux tels que F-Zero ou Wipeout, il s’agit ici plus d’un mix entre runner et puzzle game que d’un jeu de course futuriste. Finalement plus proche d’Audiosurf, Switch Galaxy Ultra propose des défis à relever à très grande vitesse… pour les moins regardants !

Fusez vitesse grand V

Switch Galaxy Ultra vous place dans la peau de Vince Vance, un voleur un brin agaçant qui doit une somme rondelette à une bande d’aliens et compte donc se renflouer au plus vite pour les rembourser. Pour cela, Vince accepte de travailler pour Dakur Technology qui lui demande de récupérer le plus de Tantalum possible sur les autoroutes spatiales… Vous l’aurez compris le scénario vaut plus pour ses touches humoristiques que pour sa capacité à présenter l’univers du jeu. Cette histoire nous est d’ailleurs contée à travers de jolies planches typées comics qui sont toutefois un poil trop denses.

Dans les faits, pour mener à bien votre mission, vous pilotez un vaisseau en changeant de voie afin de récupérer les différents boosts et bonus tout en évitant les innombrables obstacles qui jonchent votre chemin. Si les débuts sont plutôt lents et permettent d’introduire les mécaniques du jeu, le vaisseau accélère progressivement jusqu’à atteindre des vitesses grisantes. Bien sûr, percuter un obstacle est synonyme de perte de vitesse et il va vous falloir de très bons réflexes et une bonne mémoire pour espérer finir chaque niveau en un temps acceptable. C’est d’ailleurs le temps que vous faites qui détermine le nombre de tantalum que vous récoltez.

Switch_Galaxy_Ultra_daap_3 Switch_Galaxy_Ultra_daap_1

Afin d’éviter au joueur de se sentir trop seul sur ces autoroutes sidérales, le jeu propose une bande-son électro qui colle assez bien au rythme effréné… mais ne siéra pas à tout le monde tant cela sonne parfois boîte de nuit. Graphiquement, le jeu tourne en 1080p et 60 fps de manière fluide. Mais il faut avouer que la direction artistique est un peu banale et n’offre que peu de diversité. En parcourant, les 55 niveaux du jeu, les impressions de déjà-vu se multiplient… heureusement que la grande vitesse ne permet pas au joueur de s’attarder sur ce genre de détails.

« T’es sûr qu’on n’est pas déjà passé par-là ? »

On parcourt donc les premiers niveaux avec enthousiasme, on récupère des bonus qui permettent d’upgrader son vaisseau voire d’en acquérir d’autres aux caractéristiques diverses (6 vaisseaux sont disponibles en tout). Des ajouts de gameplays pointent progressivement le bout de leur nez : des sections cassées, des barrières de couleurs différentes, (et des bonus qui permettent de traverser un type de barrière, ce qui aura de quoi rendre furieux certains daltoniens),  des drones qui parcourent les voies… Mais pourtant la lassitude se fait rapidement sentir notamment à cause du manque de diversité et de la nécessité de refaire les niveaux précédents pour espérer avancer dans le jeu. En effet, chaque niveau requiert un certain nombre de tantalum pour être accessible. Si vous n’en avez pas assez, il faut reparcourir les niveaux précédents en espérant faire un meilleur temps…

Switch_Galaxy_Ultra_daap_4 Switch_Galaxy_Ultra_daap_5

Un système de progression agaçant, d’autant plus que certains niveaux sont particulièrement vicieux (tiens si on mettait une barrière juste après une bosse, histoire que le joueur ne la voit qu’au dernier moment). Ce qui plaira aux jusqu’auboutistes fera fuir les joueurs moins coriaces, d’autant que quelques pics de difficultés ont de quoi les décourager. Du coup, on essaye de se rabattre sur les autres modes de jeu… et on ne trouve qu’un mode survie (une seule vie sur un parcours infini) et deux modes multi-joueurs dispensables.

Sorti en novembre 2015 sur pc, soit plus d’un an après son apparition sur PS4 et PSvita, le jeu ne bénéficie pourtant pas d’un portage irréprochable. La version pc ne comporte pas vraiment d’ajouts et l’absence de prise en charge de souris et d’options en tous genres pose question. Pour ma part, passée la découverte du jeu et sa sensation de vitesse, la monotonie et les musiques ont eu raison de ma patience.

Je vous conseille une autre voie

Etant amateur de vitesse, de puzzle-games et de jeux de course futuriste, j’avais de quoi être séduit par le concept de Switch Galaxy Ultra qui, sans être vraiment original, avait de quoi me réjouir. Seulement, après une première heure réjouissante, ce jeu a rapidement été un calvaire avec ses musiques electro-techno qui m’ont tapé sur les nerfs, son système de progression nécessitant de nombreux back-tracking et ses décors d’une diversité digne d’un monochrome de Whiteman. Proposé à 10 euros environ, peut-être que les fanatiques de grande vitesse, de réflexes, de musique électro et de challenge relevés y trouveront leur compte mais personnellement je me suis empressé de faire une run d’Audiosurf pour soulager mes tympans meurtris… et c’était beaucoup plus addictif et fascinant que Switch Galaxy Ultra.

Soutenez-nous ! Partagez si cet article vous a plu
  • Wow … ca donne un poil mal au crane nan ?

    • Cestsla

      Plus qu’un poil même, j’ai dû couper la musique pour éviter de tourner à l’aspro ^^