Point 'n Click Réflexion Tests

J’ai toujours eu peur du noir

White Night - thumb

des_ampoules_aux_pouces White Night banniere

Il y a des nuits sans étoile. Cette douleur qui me parcourait l’échine ne m’aidait pas à garder les idées claires. Je venais vraiment de percuter cette fille ? Un accident.. Etait-il grave ? Allais-je mourir ?  L’avais-je tué ? Quel diable d’alcool avais-je pu ingurgiter pour avoir le crâne dans cet état… Je devais trouver de l’aide. Et vite ! 

La lumière n’est pas un lux (blague latine)

La nuit était sombre, d’un noir profond à vous faire perdre la raison. Chaque pas dans cette obscurité dévorante était une épreuve de plus à laquelle je me cognais. La gigantesque demeure qui se dressait devant moi n’avait rien de rassurant. Mais perdu au milieu d’une campagne hostile et isolée,  je n’avais pas d’autre choix que de m’y aventurer pour chercher un bien hypothétique secours. Je compris rapidement que la lumière allait être mon allié le plus cher, et mon ennemi le plus pervers.

des_ampoules_aux_pouces_white_night_01 des_ampoules_aux_pouces_white_night_04

Si les lampes, les bougies et les feux de cheminée allaient me permettre de fouiller les recoins de ce manoir, leur absence allaient rapidement m’être fatal. Alors avant le craquement de la moindre allumette, je retenais mon souffle, j’essayais de ne pas trembler… Il ne fallait pas prendre le risque d’en gâcher. L’idée qu’il ne puisse en rester qu’une seule dans la boîte était une angoisse qui allait me parcourir l’esprit sans relâche. Les ténèbres étaient à mes trousses, attendant la moindre opportunité pour jaillir et fondre sur moi. Ils semblaient me dire que plus noir que la nuit, il y avait, la nuit noire.

Un voyage dans les romans noirs américains

Coûte que coûte, je devais garder en poche une poignée d’allumettes. Le créateur de ces lieux avait pris le soin de disposer de-ci de-là des boîtes de ces précieux sésames, comme pour prévenir l’arrivée d’un voyageur nocturne. Si son attention était louable, je goûtais déjà nettement moins la cohabitation avec l’effrayante population qu’il avait installé là. Des spectres… violents, angoissants, cruels, qui n’hésiteraient pas à me faire du mal. Une fois tombé entre leurs griffes, la sentence serait sans appel : la mort. Il me faudra donc recommencer au dernier point de sauvegarde, et ceux là sont malheureusement bien trop rares !

des_ampoules_aux_pouces_white_night_03 White Night - Extérieur

Frustrant, donc, mais également magnifique. J’entendais régulièrement résonner en moi une musique jazz lancinante. J’avais peur, c’était une certitude, mais j’était à la fois fasciné par la beauté morbide de cet endroit. Des tableaux, des statues, des centaines de livres et cette musique, omniprésente. Certaines langues de vipère ont probablement fustigé les problèmes de caméra, arguant le fait que les changement de plans nous font perdre nos repères. Erreur ! Il s’agit là d’un parti pris qui fait mouche, et qui finit par faire sens. Ces plans font écho à l’atmosphère troublante qui s’installe. Le joueur sera déboussolé, comme je l’étais en pénétrant dans cet étrange et inquiétant manoir.

White Night : le mot de Ninkà

Tout de noir et de blanc, splendide dans sa direction artistique et dans l’immersion qu’il propose, White Night s’inspire à la fois de la littérature des romans noirs américain, de la musique jazz, de la photographie et du cinéma. Les plans de caméra, parfois déroutants et improbables, peuvent s’avérer agaçants au départ. En réalité, ils constituent selon moi l’une des grandes forces du jeu. Le point de vue, le fait de ne pas tout voir au premier coup d’oeil : c’est cela qui fait le charme de White Night.

J’ai parcouru l’ensemble du jeu (une quinzaine d’heure) en y jouant en groupe, avec trois amis, en se passant la manette tour à tour. Un verre de vin à la main, quelques bougies comme seule éclairage : l’ambiance dans laquelle vous allez parcourir ce manoir sera primordiale. Inutile donc, de se lancer dans l’aventure en y jouant en plein jour : White Night s’apprécie dans un cadre qui s’y prête. C’est comme cela qu’il arrivera à vous fasciner et à vous déranger en même temps.

Soutenez-nous ! Partagez si cet article vous a plu